Résultat opérationnel : l’indicateur essentiel

  1. résultat opérationnel

Si vous ne deviez retenir qu’un seul indicateur de la performance économique de votre entreprise cette année, ce serait le résultat opérationnel. Pourquoi ?

 

Il mesure la profitabilité de toute l’activité de votre entreprise.

Le résultat opérationnel est le résultat dégagé après soustraction de tous les coûts opérationnels. La marge contributive ou la marge brute ne tiennent compte que d’une partie de ces coûts.
Les coûts opérationnels sont ceux liés à l’activité de votre entreprise.

Ils incluent, bien sûr, les coûts de l’activité au quotidien. Ce sont les coûts de production de biens ou de services, et éventuellement de stockage et d’expédition. Non seulement les coûts directs, mais aussi les coûts des fonctions support telles que la qualité, la maintenance, …
Les coûts opérationnels incluent aussi les coûts pour le futur, c’est-à-dire les coûts de recherche et développement, ainsi que les coûts commerciaux et de marketing.

Enfin, sont aussi considérés comme opérationnels les coûts généraux et administratifs. Ce sont les coûts des fonctions administratives et de direction générale, comme par exemple la comptabilité, le service juridique, etc.
Avec le résultat opérationnel, vous mesurez l’efficacité de tous les leviers sur la marge liés à l’activité. C’est-à-dire de tous les leviers sur les ventes et sur les coûts opérationnels en proportion des ventes.

Tous ces leviers sont à la main de la direction générale de l’entreprise. Les coûts qui viennent après le résultat opérationnel dans le compte de résultat ne sont pas complètement à sa main.
Ce sont les coûts financiers et l’impôt sur les bénéfices. Les coûts financiers dépendent en grande partie du mode de financement de l’entreprise. Plus les actionnaires apportent de capital, moins les coûts financiers sont élevés. L’impôt sur les bénéfices dépend surtout de l’implantation par pays de l’activité. En effet, le taux d’impôt sur les bénéfices varie selon les pays.

Le résultat opérationnel mesure donc la profitabilité de l’activité de votre entreprise, à la main de la direction générale.

 

Il permet de se comparer aux concurrents

La plupart des coûts opérationnels ont une problématique spécifique à votre activité.
Par exemple, si vous êtes un grand laboratoire pharmaceutique, vous n’avez pas la même proportion de coûts de recherche et de développement ou de coûts de marketing que si vous êtes un sous-traitant qui fabrique et conditionne les médicaments pour les grands laboratoires. A chaque secteur d’activité sa structure de coûts opérationnels.

Il y a dans le pilotage du résultat opérationnel l’idée que vous devez faire aussi bien que vos concurrents du même secteur.

Contrairement à la marge contributive ou à la marge brute, le résultat opérationnel est un indicateur universel réglementé, c’est-à-dire précisément défini dans les normes comptables internationales ou françaises. Vous pouvez connaître le résultat opérationnel de vos concurrents, dès lors qu’ils publient leurs résultats.

 

 

C’est celui qu’on peut et doit piloter au plus près

Faites le test, cherchez la dernière présentation des résultats annuels de n’importe quelle entreprise cotée en bourse qui vous intéresse. Que constatez-vous ? Cela commence par : chiffre d’affaires, résultat opérationnel.
Pourtant, les leviers sur la performance économique ne se limitent pas aux indicateurs du compte de résultat. Il est nécessaire de piloter aussi les capitaux engagés, et en particulier d’optimiser les investissements et le besoin en fonds de roulement. Le besoin en fonds de roulement, ou BFR, est le besoin d’argent d’avance pour financer les stocks et les créances clients, net des dettes fournisseurs. Mais ces autres leviers sur la performance économique de l’entreprise ne s’inscrivent pas dans la même échelle de temps.

 

La notion de marge est la plus volatile, sensible aux aléas et nécessitant réactivité.

Ensuite, en termes de sensibilité et de rapidité de réaction, vient le besoin en fonds de roulement.
Enfin, l’optimisation des investissements.

 

 

Pour aller plus loin :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *